Créer un compte Scoop.it gratuit (veille et curation)

Curation et Scoop.it

La curation est une activité de « veille augmentée » : sur un thème donné, identifier des sources de contenus (sites, blogs…), trier les contenus les plus pertinents, les présenter et les commenter sur un média web.

Scoop.it une plateforme en ligne de curation de contenu proposant à  ses utilisateurs de faire leur propre veille et de partager celle-ci avec d’autres utilisateurs. C’est celle que je préfère parce qu’elle est très ergonomique et intuitive, qu’elle me facilite vraiment la tâche et que la présentation des résultats est attrayante)

Peut-on créer un compte gratuit sur Scoop.it ? OUI ! (20 septembre 2014)

Actuellement, quand je rédige cet article, on peut créer 2 topics avec le compte gratuit (un topic est une sorte de blog thématique qui présente les résultats de curation réalisés avec Scoop.it)

Des infos utiles
Oui ! N'importe qui peut s'inscrire pour un compte gratuit Scoop.it. Avec un compte gratuit, vous pouvez créer 2 topics, connecter 2 comptes de réseaux sociaux (facebook, twitter, ...), accéder au moteur de suggestion, accéder aux applis pour Iphone, Ipad et Android
8. Frais et facturation (Ne s’applique pas au Plan gratuit).
Quand et si vous optez pour un plan de prime, vous acceptez de payer tous les frais ou les frais encourus par votre compte, y compris les taxes applicables au moment où la taxe ou de droit applicable devient exigible. Sauf indication contraire, tous les prix sont en dollars américains. Scoop.it peut ajouter de nouveaux produits et services pour frais et charges supplémentaires, ou de modifier de manière proactive les droits pour les services et / ou matériaux, à tout moment, à notre seule discrétion. Vous représentez à Scoop.it que vous êtes un utilisateur autorisé de la méthode choisie de paiement utilisé pour payer les frais que vous encourez ainsi que toutes les taxes applicables. Vous reconnaissez et acceptez que vous êtes entièrement responsable de toutes DROITS ET FRAIS PRIS PAR VOTRE COMPTE. 
 
Créer le compte gratuit : (cliquer sur le bon bouton)
page accueil Scoop.it
page accueil Scoop.it

Exemples de Topics

Bonnes curations !

Collaboratif : Tamashare, un outil prometteur

Testé cet après midi un nouvel outil de réunion en ligne, Tamashare. Il est conçu pour échanger autour de documents affichés dans une « salle ».

salle de réunion Tamashare

Une salle Tamashare est équipée d’outils simples : visionneuse, bloc notes et post it, tableau blanc, appareil photo…

Se réunir en ligne pour échanger, travailler, se former

Tamashare permet de se réunir dans cette « salle »,  d’afficher/visualiser plusieurs documents, n’importe quel document en fait parce que c’est l’image du document qui s’affiche, de placer des post-it, de tchatter, discuter en audio, et enfin de sauvegarder la réunion.

Pour afficher l’image d’un document (quel que soit le logiciel), le glisser-déposer ou le copier-coller suffit !

La sauvegarde d’une réunion permet de « recharger » la réunion plus tard dans sa salle et de retrouver tous les éléments pour échanger à nouveau…

Tamashare en est à ses débuts, il n’est pas encore parfait, mais il est si facile et intuitif que ça tranche avec certaines autres solutions et que ça donne envie d’essayer.

Tester en direct

Actuellement, la salle « Demo-live » est ouverte et ce sont les concepteurs qui accueillent et expliquent, …très agréable :-)

Pour essayer : télécharger et installer Tamashare,  et cliquer sur le bouton « Démo-live »

cliquez ici

Les plus
  • en version beta , donc promis à des amélioraions substantielles
  • on affiche l’image des documents : les logiciels n’ont pas besoin d’être présents chez les interlocuteurs
  • le partage des documents à l’écran est immédiat.
  • le débit n’a pas besoin d’être très musclé,
  • la prise en main est intuitive
  • on peut vraiment échanger et annoter pour réléchir à plusieurs

les moins

  • en version beta , donc pas encore totalement développé
  • doit être installé sur le PC (Mac, Windows…)
  • ça bouge » beaucoup » à l’écran si chacun déplace les éléments en même temps à sa guise

Et l’outil me semble utilisable en formation.

Pour exemple ci-dessous, un exercice à proposer en direct, pour placer au bon endroit les post-it des éléments d’un bilan…

Exo BilanLiens utiles

Un outil facile pour les Tagcloud (nuage de mots clefs)

Après lecture d’un article de Chantal Dumont dans le blog Perlesdugratuit , j’ai testé l’outil Tagul

Bonne idée : l’article liste une série de services web qui proposent la création de nuages de mots clefs, et décrit à chaque fois l’usage qui peut en être fait.

Tagul : Très très intuitif, simple, gratuit, ergonomique.

Apprendre et former en environnement numérique

Nous sommes début juillet 2014.

Voici une présentation que j’utilise depuis quelques semaines pour sensibiliser des formateurs/enseignants à l’impact des innovations de l’environnement numérique  sur les apprentissages, sur leur métier et sur leur « posture ».

Les transformations que nous vivons sont profondes, inéluctables, mais souvent mal perçues, sous estimées.

L’informatique des années 80 a poussé les institutions de l’enseignement et de la formation vers une approche mécaniste  de distribution automatisée de ressources. La formation s’y est appauvrie, les apprenants s’y ennuient, les formateurs y perdent le plaisir de former… et se réfugient quelquefois dans la production stakahanoviste de supports figés, promis à une obsolescence rapide.

Le web2 ouvre la porte aux échanges et à la collaboration malgré la distance. La pédagogie a tout à gagner à s’engouffrer sur les sentiers ouverts et à retrouver ou inventer des façons souples, vivantes et humaines d’apprendre, d’enseigner, de former…

Formation et plateforme de formation : échange avec un formateur

Echange réel, le 9 mai 2014

mots clefs plateforme et pédagogie

Gilles,  je ne sais pas encore comment mettre en œuvre le dispositif de plateforme de e-learning, toute la formation que j’anime est construite de cette manière, mais en interne … avec mes outils … j’aurai besoin de quelques conseils !


Bonjour,

Je crois comprendre tes préoccupations.

La pédagogie dite inversée est très bien adaptée aux stagiaires de la formation tourisme niveau 3 que tu animes,  parce qu’ils sont particulièrement capables de produire eux-même des ressources valides pour leur formation. …en sous-groupe, ce qui est encore plus efficace.

Pour mettre en oeuvre cette formation en ligne, les outils collaboratifs Web2.0 et les sites web évolués type CMS dont tu te sers déjà (je crois) ne sont pas suffisants pour bosser de façon ergonomique. Ils sont performants et pratiques, mais tu as besoin d’une plateforme de formation adaptée.


 Une plateforme « adaptée » à la pédagogie que tu aimerais mettre en oeuvre aurait plusieurs avantages

  • elle te servirait à concentrer l’ensemble de la formation sur une seule adresse web, de façon cohérente et protégée, avec tous les contenus, toutes les activités, toutes les évaluations, tous les suivis pédagos, tous les documments administratifs, toutes les « traces » de la formation, etc. : toi et les stagiaires, vous gagneriez énormément de temps, d’énergie et de sécurité.
  • elle t’offrirait des fonctionnalités qui permettent de faire travailler les apprenants les uns avec les autres pour produire en collaboratif qu’ils soient au même endroit ou non.
  • elle permet réellement l’accès à la formation à distance : à la formation et pas seulement aux ressources. Un apprenant obligé de rester chez lui tel jour peut continuer à apprendre avec les autres au sein de la plateforme. Les outils sont là pour que ce soit facile pour eux et que toi, formateur, tu puisses suivre et animer ce qui se passe (Wikis, Chat, évaluations par groupes, etc.). Un apprenant dont le stage entreprise ne se passe pas à la même préiode que celui des autres ne risque pas de rater des moments forts de la formation, etc.
  • tu pourrais confier quelques jours les apprenants à un intervenant sur un thème de travail donné tout en gardant la main sur le déroulement, les évaluations, etc.
  • tu pourrais d’un clic ou presque clôner ce que tu aurais fait sur la plateforme en 2014 pour le proposer aux apprenants de la session suivante, il suffirait d’inscrire les « nouveaux » sur les clônes des modules de formation des « anciens » pour qu’ils accèdent sans se croiser avec la promo précédente tous les énoncés, toutes les ressources, toutes les consignes, toutes les activités… que tu peux aménager à loisir pour améliorer ce qui peut l’être.
  • etc.

Utiliser une platefome elearning (un LMS) ne se traduit pas obligatoirement par « former à distance », ça se traduit par « utiliser les opportunités d’un outil web spécifique pour former », sans se compliquer la vie. On peut former « online » et être « en face à face », ça marche très bien, c’est hyper pratique, ça ouvre plein de possibilités et d’espaces de liberté pour les apprenants et pour le formateur.


 Je travaillais en ce qui me concerne de la façon suivante :

  • j’animais la formation en présentiel mélangé de blended learning : j’étais souvent en face à face avec les apprenants, mais il arrivait assez souvent aussi que je sois en face à face 1 heure seulement et que sois absent de la salle pendant 1 journée, ou 3 jours.
  • Puisque toutes les consignes, toutes les activités et toutes les ressources étaient dans la plateforme, je pouvais laisser les apprenants seuls par périodes... mais je faisais en sorte qu’un intervenant et/ou d’autres formateurs soient investis de l’assistance pédago au cas où…

Conditions pour que cela fonctionne bien…

  • La formation a bien été « lancée » dans cet esprit,
  • le projet de vie future est la réelle motivation des stagiaires pour se former (pédagogie de projet)
  • le système de valeur en place au sein du groupe en formation fait qu’ils s’auto-régulent.
  • l’énorme travail d’intégration de la formation sur la plateforme a été fait au préalable (la première année est galère en termes d’investissement personnel)
  • la plateforme online est basée sur une approche pédago « collaborative » : en gros, elle n’est pas conçue comme une banque de ressource, mais comme un espace de formation avec des activités et des échanges, des partages, des contributions.

J’en reviens à la plateforme :

  • Moodle est, parmi les plateformes performantes, celle qui me parait complètement adaptée. C’est celle que j’ai utilisé et que je continue à utiliser. Elle est construite sur l’approche pédagogique « socio-constructiviste », qui colle parfaitement avec le modèle pédago de l’afpa (que je traduirais par : « learning with others by doing with others » …avec un professionnel du métier qui transmet la culture terrain).
    • Un des avantages clefs de Moodle c’est que cette plateforme est gratuite et opensource, qu’elle a 10 ans d’expérience et de développement, avec une base installée de 80 000 campus (des milliers d’universités dans le monde) et une très forte communauté de développeurs et d’aide, en particulier en français.
    • L’apparent défaut de Moodle c’est que sa puissance a un revers : elle est un peu touffue et nécessite un apprentissage, un peu comme Excel, pour celui que découvre l’outil.
  • Claroline Connect est un autre LMS prometteur, sur la même approche, mais je ne suis pas certain qu’il soit totalement opérationnel en 2014. Le projet Caroline Connect est animé par Marcel Lebrun et Christophe Batier, qui sont des références en matière de pédgogie en environnement numérique.
  • La solution Google Apps est intéressante parce que Google développe tout le temps une galaxie dont les services sont très pratiques, mais je n’ai pas été convaincu par l’ergonomie de ce que j’ai vu. … Et Google n’est ni gratuit ni opensource.
  • Les autres LMS sont rarement gratuits, rarement opensource, et souvent pauvres sur le plan pédagogique : ils sont organisés en banque de ressources + quizz.
  • Le pire sont les usines à gaz développées en interne par des informaticiens qui n’ont pas le vécu de la formation en encore moins la perception de ce que sont les apprentissages collaboratifs : c’est totalement fermé, très vite obsolète, et c’est à mon avis un contresens pédagogique dans ton (notre) cas de formateur de la formation professionnelle.

Si tu souhaites avancer sur le sujet, je peux avec plaisir « échanger et partager avec toi », mais le mieux est que tu demandes ton directeur s’il prévoit que tu aies une aide concrète.

En clair, il faut que tu disposes d’une plateforme et que tu bénéficies d’une formation initiale pour gagner du temps. La plateforme est gratuite, mais il faut quand même l’héberger et il faudra que tu te l’appropries. Ton centre de formation a je crois un projet concret pour l’hébergement et l’installation de plateforme(s).

En attendant, je te signale un article qui devrait te plaire sur Thot Cursus : la scénarisation pédagogique, il rejoint ma conception de la préparation d’une formation, et colle bien avec le travail préalable pour la mise en ligne.

@ Bientôt j’espère,
GLP

Réflexions générées par ma pratique et ma veille en "pédagogie et numérique"

%d blogueurs aiment cette page :