Evaluer la mise en oeuvre de l’intelligence

Cet article est la reprise d’un message du 23/06/16 dans l’excellent forum pédagogique de Moodle.org

Piaget


La question posée par un des participants à ce forum est une vraie question. Elle est récurrente dans le monde des formateurs et enseignants confrontés aux environnements numériques, mais elle est très bien posée, et je vous invite à lire l’échange en entier dans le forum pour bénéficier de la réflexion de son auteur

« La micro informatique est parmi nous depuis plus de trente-cinq ans, l’Internet dans nos établissements depuis vingt ans, on nous rebat les oreilles en nous disant que les outils numériques révolutionnent tout, qu’ils nous amènent à progresser à pas de géants et bilan des courses… le QCM ! Les plus innovants d’entre nous allant même jusqu’à proposer… des quizzzz… zzz… zzz… !

Petite remarque quant à l’innovation, c’est en 1924 que Célestin Freinet, un vieux qui ne pouvait pas innover puisqu’il ne disposait pas davantage que les enfants d’alors d’outils numériques, a introduit une caméra manipulée par les élèves, bientôt cent ans… Mais c’est seulement au siècle suivant que nous sommes enfin innovants avec nos smartphones pour filmer. Là on travaille avec Moodle et cent ans après Freinet on fait des quizzzzz.

Mon propos n’est pas de poser ici des questions déjà posées … mais j’aimerais beaucoup partager avec ces autres et apprendre d’eux ou avec eux. »

Une des réponses

Je n’ai pas de réponse directe à ton questionnement, mais la façon dont tu poses le PB me plait.

Les quizz ne me satisfont pas beaucoup, même si j’en utilise pour varier les plaisirs et faire en sorte que les gens qui se forment avec moi affrontent de temps en temps le fait de vérifier qu’ils ont acquis certaines connaissances.

Astuce pour animer une séance avec quizz : utiliser de temps en temps Socrative, qui permet de poser les questions en qques secondes de façon impromptue sur le smartphone des apprenants et de recevoir les réponses en temps réel sur le sien,  ou sur un PC. Cette appli ajoute du « fun » à l’exercice 🙂 … mais n’est pas encore dans Moodle : on peut seulement donner dans Moodle le lien de la « salle Socrative » ou se trouvera la « question rapide » ou le « jeux de questions » à traiter.

On peut faire des quizz qui n’aient pas de réponse toute faite aux questions (réponses longues), mais ils ne sont plus corrigés automatiquement, je dois alors me taper la correction : ce que je fais quand je ne trouve pas de solution plus pratique pour l’évaluation.

J’ai la chance de former des adultes à des métiers (un ou deux), ce qui permet de mettre assez facilement en oeuvre l’évaluation par les pairs, et diminue beaucoup le recours aux quizz.

La seule stratégie qui me semble pertinente, c’est de ne plus évaluer les connaissances, mais la capacité à résoudre un problème en mettant en oeuvre son intelligence. De toute façon, si les apprenants ont accès à Internet, la vérification des connaissances a une efficacité extrêmement mesurée, on vérifie plus la capacité à trouver la bonne info (compétence très utile aujourd’hui au demeurant) que la connaissance elle-même.

Exemple  : plutôt que de demander de faire un calcul en suivant une procédure, comme calculer 8% des 4/5 de 80, je pourrais présenter (avec une image capture écran) en détail la résolution, point par point, de deux façon de calculer dont une aboutirait à un résultat faux par une erreur de raisonnement, et demander aux apprenants de m’indiquer le bon résultat, et de m’expliquer où se situe l’erreur de raisonnement dans la mauvaise résolution.

Autre exemple : plutôt que de demander quels sont les chapitres qui doivent se trouver dans un contrat de travail CDI ou CDD saisonnier du type de celui que nous avons travaillé ensemble, je leur en prépare 2, avec des oublis, des qualités et des défauts, et je leur demande de repérer les oublis et de me dire de façon argumentée celui qui leur semble de meilleure « qualité » et pourquoi.

Préparer ces sujets d’éval prend du temps (surtout la première fois), mais ça fabrique des évaluations formatives, pas seulement normatives, et les apprenants apprécient qu’on les considère comme intelligents et pas simplement « mesurables ».

Merci à Guy Veyssière pour son fil de discussion « Moodle et la paléo didactique« 

Former en environnement numérique

Présentation illustrant une webconférence « Former en environnement numérique »
Objectif : suggérer quelques pistes utiles pour concevoir des séances d’apprentissage collaboratif appuyé sur le web2.0
Cette présentation est conçue à partir d’une approche socio-constructiviste et de mon expérience en tant que formateur de la formation professionnelle pendant 20 ans à l’AFPA.
Attention : le web se ré-invente tous les jours et il faut constamment repenser la façon dont on se sert des opportunités nouvelles.

Créer un compte Scoop.it gratuit (veille et curation)

Curation et Scoop.it

La curation est une activité de « veille augmentée » : sur un thème donné, identifier des sources de contenus (sites, blogs…), trier les contenus les plus pertinents, les présenter et les commenter sur un média web.

Scoop.it une plateforme en ligne de curation de contenu proposant à  ses utilisateurs de faire leur propre veille et de partager celle-ci avec d’autres utilisateurs. C’est celle que je préfère parce qu’elle est très ergonomique et intuitive, qu’elle me facilite vraiment la tâche et que la présentation des résultats est attrayante)

Peut-on créer un compte gratuit sur Scoop.it ? OUI ! (20 septembre 2014)

Actuellement, quand je rédige cet article, on peut créer 2 topics avec le compte gratuit (un topic est une sorte de blog thématique qui présente les résultats de curation réalisés avec Scoop.it)

Des infos utiles
Oui ! N'importe qui peut s'inscrire pour un compte gratuit Scoop.it. Avec un compte gratuit, vous pouvez créer 2 topics, connecter 2 comptes de réseaux sociaux (facebook, twitter, ...), accéder au moteur de suggestion, accéder aux applis pour Iphone, Ipad et Android
8. Frais et facturation (Ne s’applique pas au Plan gratuit).
Quand et si vous optez pour un plan de prime, vous acceptez de payer tous les frais ou les frais encourus par votre compte, y compris les taxes applicables au moment où la taxe ou de droit applicable devient exigible. Sauf indication contraire, tous les prix sont en dollars américains. Scoop.it peut ajouter de nouveaux produits et services pour frais et charges supplémentaires, ou de modifier de manière proactive les droits pour les services et / ou matériaux, à tout moment, à notre seule discrétion. Vous représentez à Scoop.it que vous êtes un utilisateur autorisé de la méthode choisie de paiement utilisé pour payer les frais que vous encourez ainsi que toutes les taxes applicables. Vous reconnaissez et acceptez que vous êtes entièrement responsable de toutes DROITS ET FRAIS PRIS PAR VOTRE COMPTE. 
 
Créer le compte gratuit : (cliquer sur le bon bouton)
page accueil Scoop.it
page accueil Scoop.it

Exemples de Topics

Bonnes curations !

Collaboratif : Tamashare, un outil prometteur

Testé cet après midi un nouvel outil de réunion en ligne, Tamashare. Il est conçu pour échanger autour de documents affichés dans une « salle ».

salle de réunion Tamashare

Une salle Tamashare est équipée d’outils simples : visionneuse, bloc notes et post it, tableau blanc, appareil photo…

Se réunir en ligne pour échanger, travailler, se former

Tamashare permet de se réunir dans cette « salle »,  d’afficher/visualiser plusieurs documents, n’importe quel document en fait parce que c’est l’image du document qui s’affiche, de placer des post-it, de tchatter, discuter en audio, et enfin de sauvegarder la réunion.

Pour afficher l’image d’un document (quel que soit le logiciel), le glisser-déposer ou le copier-coller suffit !

La sauvegarde d’une réunion permet de « recharger » la réunion plus tard dans sa salle et de retrouver tous les éléments pour échanger à nouveau…

Tamashare en est à ses débuts, il n’est pas encore parfait, mais il est si facile et intuitif que ça tranche avec certaines autres solutions et que ça donne envie d’essayer.

Tester en direct

Actuellement, la salle « Demo-live » est ouverte et ce sont les concepteurs qui accueillent et expliquent, …très agréable 🙂

Pour essayer : télécharger et installer Tamashare,  et cliquer sur le bouton « Démo-live »

cliquez ici

Les plus
  • en version beta , donc promis à des amélioraions substantielles
  • on affiche l’image des documents : les logiciels n’ont pas besoin d’être présents chez les interlocuteurs
  • le partage des documents à l’écran est immédiat.
  • le débit n’a pas besoin d’être très musclé,
  • la prise en main est intuitive
  • on peut vraiment échanger et annoter pour réléchir à plusieurs

les moins

  • en version beta , donc pas encore totalement développé
  • doit être installé sur le PC (Mac, Windows…)
  • ça bouge » beaucoup » à l’écran si chacun déplace les éléments en même temps à sa guise

Et l’outil me semble utilisable en formation.

Pour exemple ci-dessous, un exercice à proposer en direct, pour placer au bon endroit les post-it des éléments d’un bilan…

Exo BilanLiens utiles

Un outil facile pour les Tagcloud (nuage de mots clefs)

Après lecture d’un article de Chantal Dumont dans le blog Perlesdugratuit , j’ai testé l’outil Tagul

Bonne idée : l’article liste une série de services web qui proposent la création de nuages de mots clefs, et décrit à chaque fois l’usage qui peut en être fait.

Tagul : Très très intuitif, simple, gratuit, ergonomique.

Apprendre et former en environnement numérique

Nous sommes début juillet 2014.

Voici une présentation que j’utilise depuis quelques semaines pour sensibiliser des formateurs/enseignants à l’impact des innovations de l’environnement numérique  sur les apprentissages, sur leur métier et sur leur « posture ».

Les transformations que nous vivons sont profondes, inéluctables, mais souvent mal perçues, sous estimées.

L’informatique des années 80 a poussé les institutions de l’enseignement et de la formation vers une approche mécaniste  de distribution automatisée de ressources. La formation s’y est appauvrie, les apprenants s’y ennuient, les formateurs y perdent le plaisir de former… et se réfugient quelquefois dans la production stakahanoviste de supports figés, promis à une obsolescence rapide.

Le web2 ouvre la porte aux échanges et à la collaboration malgré la distance. La pédagogie a tout à gagner à s’engouffrer sur les sentiers ouverts et à retrouver ou inventer des façons souples, vivantes et humaines d’apprendre, d’enseigner, de former…

Réflexions générées par ma pratique et ma veille en "pédagogie et numérique"

%d blogueurs aiment cette page :