Semaine 3 du MOOC ITyPA1 : pas facile !

de | 23 octobre 2012

“Thème de la Semaine 3 : Diriger soi-même sa formation

Les “questions/consignes” :

  • Préciser ses propres stratégies d’auto-apprentissage. (Il sera intéressant de réagir sur les témoignages d’autres participants et d’autres ressources glanées sur le web.)
  • Diriger soi-même sa formation : que cela signifie-t-il ?
  • Contrôler sa formation et ses apprentissages : cela mobilise quoi ?

Lundi soir 22/10 – 22:00 … je “râme” depuis  3 jours sur les ressources proposées.

Je soupçonne que le fait que la première soit issue de l’afpa y est pour quelque chose 😉 mais…
(j’ai bossé 22 ans pour l’afpa, et j’ai quelquefois du mal à écouter le discours institutionnel parce que je connais sa traduction sur le terrain…)

 

Une solution simple !

Comme je n’arrive pas à entrer dans le thème de la semaine en partant des ressources, je change de tactique. Ces ressources m’ennuient (désolé de dire ça…). Je vais donc prendre un autre biais : répondre ici aux questions pratiques indiquées dans le cours, en les prenant une à une 🙂

1- L’apprentissage informel

  • Aujourd’hui, est-ce que vous avez appris quelque chose ? Si oui, quoi ? 
    • Aujourd’hui j’ai appris … en fait rien, pas beaucoup eu de temps à moi !
  • Si non, quand avez-vous appris quelque chose pour la dernière fois ? 
    • Hier j’ai appris à utiliser un autre outil de tagclouds, et j’ai assimilé assez nettement la problématique des évaluations sommatives dans le contexte du Web2.0
  • Comme est-ce que vous savez que vous avez appris telle ou telle chose ? 
    • quand je peux la transmettre ou l’expliquer moi-même à qqun d’autre
  • Que devez-vous faire pour retenir ce que vous avez appris, puis l’utiliser ?
    • Le refaire si c’est un “geste professionnel”, le mettre en mot, le décrire en dessin, préparer une explication de ce que j’ai appris
  • Comment apprenez-vous le plus : « par hasard' », au fil des jours et sans vraiment avoir l’intention d’apprendre, ou « volontairement », lorsque vous cherchez de l’information, des contenus, des témoignages… sur un sujet précis ?
    • …pas par hasard, mais tous les jours, en fouinant systématiquement sur tout ce qui touche ce qui me sers à quelque-chose, en en parlant à d’autre, en posant des questions, mais les sujets sont plus “orientés” que précis
  • Avez-vous une passion, un sujet que vous adorez ?
    • OUhhh ! au moins 5 ou 6… ! la pédagogie, le web2.0, l’écriture web, le management d’une équipe de travail, le e-tourisme, le management de communautés virtuelles, la veille…
  • Pourquoi et comment en savez-vous plus sur ce sujet que sur les autres ?
    • quand j’en sais plus que d’autres sur un sujet, c’est que “ça compte pour moi”, que je tourne autour depuis pas mal de temps, que je l’ai abordé sous plusieurs angles, que j’ai confronté ma compréhension à celle d’autres, que j’ai testé “mon approche” sur la réalité concrète, que j’ai formalisé ce que je crois savoir et comprendre pour que d’autres puissent se l’approprier, que je me suis déjà trompé en pensant maîtriser le sujet ou la compétence et que j’ai du revoir ma copie, …

2- L’apprentissage formel

  • Etiez-vous un « bon élève » ou un étudiant brillant ?
    • oui quand ça me plaisait, oui quand le prof était un exemple pour moi, non quand je ne voyais pas pourquoi je devais travailler cela ou que je n’avais pas d’estime pour le prof
  • Vous souvenez-vous de la matière, du cours… que vous aimiez le plus, lorsque vous étiez élève ou étudiant ?
    • …bizarrement… non, mais ça date 😉 – Sauf quand je suis retourné en fac il y a 8 ans. Dans cette expérience là, c’est la gestion de projet et le management de communauté virtuelle qui m’ont passionné
  • Qu’est-ce qui fait que vous préfériez cette matière ou ce cours aux autres ?
    • La gestion de projet, parce que c’est une superbe façon de réduire la complexité, d’éviter des efforts inutiles, fastidieux et maladroits pour aboutir à un résultat correct dans un projet d’envergure.
    • Le management de communautés virtuelles parce que ça concerne directement la mise en réseau de personnes pour aboutir à “produire de l’intelligence” pertinente, utile, gratifiante pour les participants …et moi-même 😉
  • Avez-vous l’impression d’en avoir appris assez, lorsque vous étiez à l’école ou à l’université, sur cette matière ?
    • Bien sûr que non, apprendre ne s’arrête jamais, la connaissance et la compétence ne sont pas des matériaux “finis”
  • Etes-vous devenu un « spécialiste » de cette matière que vous aimiez tant (au niveau professionnel ou tout simplement à titre privé) ?
    • En ce qui concerne la pédagogie « elearning », le e-tourisme, le management de communautés virtuelles, des débutants imaginent que je suis un spécialiste, ce qui est faux, mais ils le pensent pour deux raisons principales : 1 – parce qu’il sont débutants, et 2 –  parce que je sais assez bien expliquer de façon claire et intelligible un concept ou un process à ceux qui en pensent en savoir moins que moi.
  • Après être sorti du système scolaire ou universitaire, avez-vous continué à développer vos connaissances sur cette matière ? 
    • Oui ! je crois que j’apprends tout le temps, avec beaucoup de plaisir. C’est pour ça que je me suis inscrit à ce MOOC

3- Les modalités personnelles d’apprentissage

  • Si on vous offrait une année sabbatique, tous frais payés, pour apprendre autant que vous le voulez sur le sujet de votre choix, à quoi consacreriez-vous cette année (quel sujet, comment apprendriez-vous, où iriez-vous etc.) ?
    • LOL ! Je travaillerais sur le e-learning, la pédagogie et les TICE,  les nouveaux modes de formation, les MOOCs et la façon de les mettre en oeuvre
  • Avez-vous déjà eu envie de ce genre d’expérience ?
    • Oui 🙂 …et merci d’avoir mis en oeuvre une solution assez proche de ce que je souhaitais : ITyPA…
  • L’avez-vous déjà réalisée, même à une plus petite échelle ?
    • Oui, quand je me suis inscris en fac à 55 ans pour une maîtrise de chef de projet multimédia, au cours de laquelle j’ai travaillé la cnception et la mise en oeuvre d’un projet de FOAD
  • Vous sentez-vous libre d’apprendre ce que vous voulez, où vous voulez, quand vous voulez ?
    • oui, bien entendu !

Mardi 23/10 le matin tôt : autre idée !

…et si je reprenais ce que j’ai déjà écrit sur le sujet au lieu de me compliquer la vie ?

Dans mon blog pédago, certains articles sont très proches de la question de cette semaine 3 :

Résultat : mes réponses aux grandes questions de la semaine :

Ce qui précède n’est pas une réponse explicite aux 3 questions des consignes de départ de la semaine 3, mais j’ai l’impression d’avoir les idées plus claires…
…Voyons voir :

  • Mes stratégies d’auto-apprentissage :
    • essayer, tester, manipuler, échanger avec d’autres qui maîtrisent ou qui apprennent aussi,
    • organiser une veille autour de ce que je veux assimiler,
    • écrire ce que je comprends, décrire le process, pour que d’autres puissent se l’approprier.
  • Diriger soi-même sa formation : que cela signifie-t-il ? 
    • Cela signifie qu’on en est le centre, l’acteur principal, le vrai décideur.
    • Cela signifie que pour apprendre on doit l’avoir décidé et qu’on pilote les apprentissage en fonction de ses propres objectifs, pas ceux qu’on nous aurait imposés (c’est le PB de l’école, même si tout ne se réduit pas au Noir ou Blanc).
    • Cela signifie qu’on choisit parmi ce qui est proposé, qu’on apprend pas tout bêtement en vrac, et qu’on opère des tris utiles qui permettent d’apprendre sans gaspillage d’énergie.
  • Contrôler sa formation et ses apprentissages : cela mobilise quoi ?
    • Une réflexion initiale : définir des objectifs clairs, identifier les raisons de cette décision d’apprendre, préciser le périmètre de ce qui nous sera utile,
    • des moyens, du temps pour apprendre
    • la capacité à gérer son temps
    • la capacité à mesurer sa progression
    • un réseau (d’apprentissage)
The following two tabs change content below.
Après des études plutôt courtes et quelques années dans l'industrie, j'ai dirigé des hôtels clubs à l'étranger pendant une douzaine d'année, puis formé des adultes au sein de l'AFPA durant une vingtaine d'année. Ce parcours professionnel et de nouvelles études m'ont apporté des compétences très variées et complémentaires dans le tourisme, la formation professionnelle et les usages du numérique. J'assure maintenant des interventions de type formation/action/conseil sur les thèmes suivants : utilisation du web social, formation en environnement numérique, apprentissage collaboratif, animation d'un espace public numérique, gestion et communication d'une offre touristique.

2 réflexions au sujet de « Semaine 3 du MOOC ITyPA1 : pas facile ! »

  1. Eric Sinet

    Eh gilles ! Tu as fini tes devoirs ?
    Tu peux me filer un coup de main pour les miens alors !
    ������
    Même avec ton cursus, l’ITyPA te permet de monter une marche …
    Je dois être quelques étages en dessous, mais ce billet encourage à progresser encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *