Evaluer la mise en oeuvre de l’intelligence

de | 23 juin 2016

Cet article est la reprise d’un message du 23/06/16 dans l’excellent forum pédagogique de Moodle.org

Piaget


La question posée par un des participants à ce forum est une vraie question. Elle est récurrente dans le monde des formateurs et enseignants confrontés aux environnements numériques, mais elle est très bien posée, et je vous invite à lire l’échange en entier dans le forum pour bénéficier de la réflexion de son auteur

« La micro informatique est parmi nous depuis plus de trente-cinq ans, l’Internet dans nos établissements depuis vingt ans, on nous rebat les oreilles en nous disant que les outils numériques révolutionnent tout, qu’ils nous amènent à progresser à pas de géants et bilan des courses… le QCM ! Les plus innovants d’entre nous allant même jusqu’à proposer… des quizzzz… zzz… zzz… !

Petite remarque quant à l’innovation, c’est en 1924 que Célestin Freinet, un vieux qui ne pouvait pas innover puisqu’il ne disposait pas davantage que les enfants d’alors d’outils numériques, a introduit une caméra manipulée par les élèves, bientôt cent ans… Mais c’est seulement au siècle suivant que nous sommes enfin innovants avec nos smartphones pour filmer. Là on travaille avec Moodle et cent ans après Freinet on fait des quizzzzz.

Mon propos n’est pas de poser ici des questions déjà posées … mais j’aimerais beaucoup partager avec ces autres et apprendre d’eux ou avec eux. »

Une des réponses

Je n’ai pas de réponse directe à ton questionnement, mais la façon dont tu poses le PB me plait.

Les quizz ne me satisfont pas beaucoup, même si j’en utilise pour varier les plaisirs et faire en sorte que les gens qui se forment avec moi affrontent de temps en temps le fait de vérifier qu’ils ont acquis certaines connaissances.

Astuce pour animer une séance avec quizz : utiliser de temps en temps Socrative, qui permet de poser les questions en qques secondes de façon impromptue sur le smartphone des apprenants et de recevoir les réponses en temps réel sur le sien,  ou sur un PC. Cette appli ajoute du « fun » à l’exercice 🙂 … mais n’est pas encore dans Moodle : on peut seulement donner dans Moodle le lien de la « salle Socrative » ou se trouvera la « question rapide » ou le « jeux de questions » à traiter.

On peut faire des quizz qui n’aient pas de réponse toute faite aux questions (réponses longues), mais ils ne sont plus corrigés automatiquement, je dois alors me taper la correction : ce que je fais quand je ne trouve pas de solution plus pratique pour l’évaluation.

J’ai la chance de former des adultes à des métiers (un ou deux), ce qui permet de mettre assez facilement en oeuvre l’évaluation par les pairs, et diminue beaucoup le recours aux quizz.

La seule stratégie qui me semble pertinente, c’est de ne plus évaluer les connaissances, mais la capacité à résoudre un problème en mettant en oeuvre son intelligence. De toute façon, si les apprenants ont accès à Internet, la vérification des connaissances a une efficacité extrêmement mesurée, on vérifie plus la capacité à trouver la bonne info (compétence très utile aujourd’hui au demeurant) que la connaissance elle-même.

Exemple  : plutôt que de demander de faire un calcul en suivant une procédure, comme calculer 8% des 4/5 de 80, je pourrais présenter (avec une image capture écran) en détail la résolution, point par point, de deux façon de calculer dont une aboutirait à un résultat faux par une erreur de raisonnement, et demander aux apprenants de m’indiquer le bon résultat, et de m’expliquer où se situe l’erreur de raisonnement dans la mauvaise résolution.

Autre exemple : plutôt que de demander quels sont les chapitres qui doivent se trouver dans un contrat de travail CDI ou CDD saisonnier du type de celui que nous avons travaillé ensemble, je leur en prépare 2, avec des oublis, des qualités et des défauts, et je leur demande de repérer les oublis et de me dire de façon argumentée celui qui leur semble de meilleure « qualité » et pourquoi.

Préparer ces sujets d’éval prend du temps (surtout la première fois), mais ça fabrique des évaluations formatives, pas seulement normatives, et les apprenants apprécient qu’on les considère comme intelligents et pas simplement « mesurables ».

Merci à Guy Veyssière pour son fil de discussion « Moodle et la paléo didactique« 

The following two tabs change content below.
Après des études plutôt courtes et quelques années dans l'industrie, j'ai dirigé des hôtels clubs à l'étranger pendant une douzaine d'année, puis formé des adultes au sein de l'AFPA durant une vingtaine d'année. Ce parcours professionnel et de nouvelles études m'ont apporté des compétences très variées et complémentaires dans le tourisme, la formation professionnelle et les usages du numérique. J'assure maintenant des interventions de type formation/action/conseil sur les thèmes suivants : utilisation du web social, formation en environnement numérique, apprentissage collaboratif, animation d'un espace public numérique, gestion et communication d'une offre touristique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *